En quête de cafés : Episode 18

Sœur Soupire, admiratrice de Bob Marley, de Peter Tosh et des Wailers, nourrit des fantasmes peu communs sur Usain Bolt, l’homme le plus rapide au monde : 19’19 aux 200 mètres.

Mais ce n’est pas Kingston, capitale du Reggae, qui obsède notre Clan des 7, de nouveau réuni ! Le « Café Blue Mountain » est la raison de l’engouement de nos compagnons.

Les « Montagnes Bleues » dans la langue de Molière sont le lieu de production d’un café très haut de gamme, à la saveur douce et peu amère.

En y goûtant, la Mère Hitoire et la Comtesse Von Ethik manquent défaillir, tandis que Sœur Soupire tombe en pamoison.

Frère Deux-Cents se met à rédiger, fiévreux, la poésie suivante :

BITTER SWEAT SYMPHONY

Dame Mountain, sur son vélo perchée,
Tenait en ses mains un guidon
Maitre Deux-Cents, par l’odeur alléché
Lui tendit gentiment un bidon:
Vous êtes athlétique, avez de jolis bras,
Mais si votre saveur se rapporte à votre splendeur
Vous êtes le Sanex des aisselles...

Sœur Soupire, admiratrice de Bob Marley, de Peter Tosh et des Wailers, nourrit des fantasmes peu communs sur Usain Bolt, l’homme le plus rapide au monde : 19’19 aux 200 mètres.

Mais ce n’est pas Kingston, capitale du Reggae, qui obsède notre Clan des 7, de nouveau réuni ! Le « Café Blue Mountain » est la raison de l’engouement de nos compagnons.

Les « Montagnes Bleues » dans la langue de Molière sont le lieu de production d’un café très haut de gamme, à la saveur douce et peu amère.

En y goûtant, la Mère Hitoire et la Comtesse Von Ethik manquent défaillir, tandis que Sœur Soupire tombe en pamoison.

Frère Deux-Cents se met à rédiger, fiévreux, la poésie suivante :

BITTER SWEAT SYMPHONY

Dame Mountain, sur son vélo perchée,
Tenait en ses mains un guidon
Maitre Deux-Cents, par l’odeur alléché
Lui tendit gentiment un bidon:
Vous êtes athlétique, avez de jolis bras,
Mais si votre saveur se rapporte à votre splendeur
Vous êtes le Sanex des aisselles Narta!

Oh ma petite Reine méfie-toi des railleurs
En descendant les Champs? En Tandem à Nation?
Emanations odeurs effluves et…discrétion!

Le Café  Parfait aurait-il été enfin découvert ? Ce n’est pas l’avis du Père Colateur, qui exige que se tienne séance tenante une réunion…sur l’ile de la Réunion.

En quête de cafés : Episode 17

Veux-tu danser le carioca ? Arrivés à Rio après un vol éprouvant de douze heures, Frère et Abbé ne sont pas au bout de leur voyage : c’est la région de Sao Paulo qui produit la plus grande quantité de café du pays, le Brésil étant le premier producteur au monde.

70% de la production y est familiale…quel incroyable développement depuis son implantation en 1727 par Francisco de Mello Palheta ! Fort heureusement, l’esclavage a été aboli il y a plus d’un siècle.

Nos deux amis rencontrent un cultivateur et poète local, qui leur remet le texte suivant :

Mon Caféier

Tu es mon Egérie, ma Muse, ma Princesse
J’aimerais tant pouvoir te caresser les…tresses,
Jouer de tes noyaux, les sentir, les toucher,
Enfoncer mon regard dans ton écorce de jais

Mais je ne suis qu’un Pion sur ton Grand Echiquier
Et tu peux m’éconduire d’un ton fort Cavalier
Ta Reine et ses aTours auraient raison d’un Roi…
Un roitelet tout Fou est à j’nous devant Toi

Oui la vie est un jeu, mais je n’ai...

Veux-tu danser le carioca ? Arrivés à Rio après un vol éprouvant de douze heures, Frère et Abbé ne sont pas au bout de leur voyage : c’est la région de Sao Paulo qui produit la plus grande quantité de café du pays, le Brésil étant le premier producteur au monde.

70% de la production y est familiale…quel incroyable développement depuis son implantation en 1727 par Francisco de Mello Palheta ! Fort heureusement, l’esclavage a été aboli il y a plus d’un siècle.

Nos deux amis rencontrent un cultivateur et poète local, qui leur remet le texte suivant :

Mon Caféier

Tu es mon Egérie, ma Muse, ma Princesse
J’aimerais tant pouvoir te caresser les…tresses,
Jouer de tes noyaux, les sentir, les toucher,
Enfoncer mon regard dans ton écorce de jais

Mais je ne suis qu’un Pion sur ton Grand Echiquier
Et tu peux m’éconduire d’un ton fort Cavalier
Ta Reine et ses aTours auraient raison d’un Roi…
Un roitelet tout Fou est à j’nous devant Toi

Oui la vie est un jeu, mais je n’ai plus de cartes
Es-tu trop bien pour moi, ne suis-je pas assez Smart?
Café amaretto, ça n’a rien d’impossible

Car un Arthur Miller, un Poe, un Bukowski
T’admirent tour à tour et tour à tour s’écrient

Buvons le haut et court ! C’est notre cœoeur de cible  -)

Café  Bouillu, café foutu ! Le Père Colateur rassemble ses troupes qui toutes convergent vers la Jamaïque.

En quête de cafés : Episode 16

Sœoeur Soupire et l’Abbé Cédaire arrivent à Hanoi dans un grand état d’exaltation : ce pays n’est-il pas devenu le second producteur au monde de café ? Il se pourrait bien que le café parfait s’y trouve. A la vue d’une charmante vietnamienne en pleine récolte (de Nat Turner) Frère Deux-Cents compose les vers suivants (et luisants):

Paradoxe d’une Dame qui excelle eux Echecs
D’une vraie-fausse sceptique dont Saigon est la Mecque
Femme belle et sereine ton aura magnétique
Attire la chance au jeu…Lamiss est fantastique!

Ta vie est un roman dont tu écris chaque page
J’aimerais tant en être un des grands personnages
Un Roméo ardent, un Cid Campéador
Qui s’emparerait de toi tel un conquistador

Mon soleil de l’Orient, mon astre souriant,
Tes rayons m’illuminent, tu chevauches les vents
Alizés, aquilons, bises ou bien bourrasques
Ton visage mutin est le plus beau des masques

Pas un mannequin au monde ne saurait égaler
Ta démarche féline, ton infinie beauté
Qui irradie...

Sœoeur Soupire et l’Abbé Cédaire arrivent à Hanoi dans un grand état d’exaltation : ce pays n’est-il pas devenu le second producteur au monde de café ? Il se pourrait bien que le café parfait s’y trouve. A la vue d’une charmante vietnamienne en pleine récolte (de Nat Turner) Frère Deux-Cents compose les vers suivants (et luisants):

Paradoxe d’une Dame qui excelle eux Echecs
D’une vraie-fausse sceptique dont Saigon est la Mecque
Femme belle et sereine ton aura magnétique
Attire la chance au jeu…Lamiss est fantastique!

Ta vie est un roman dont tu écris chaque page
J’aimerais tant en être un des grands personnages
Un Roméo ardent, un Cid Campéador
Qui s’emparerait de toi tel un conquistador

Mon soleil de l’Orient, mon astre souriant,
Tes rayons m’illuminent, tu chevauches les vents
Alizés, aquilons, bises ou bien bourrasques
Ton visage mutin est le plus beau des masques

Pas un mannequin au monde ne saurait égaler
Ta démarche féline, ton infinie beauté
Qui irradie de toi, splendeur radioactive
Bérénice absolue et tellement subversive…

Il se fait rabrouer sèchement par le Père Colateur : ne fais donc pas le joli-cœur, tu oublies à nouveau la Quête ! Nous restons ici, va avec l’Abbé Cédaire au Brésil !

Bi Bop Euh Lula ! répond le Frère (ce qui correspond vaguement à l’expression « à vos ordres » )

En quête de cafés : Episode 15

Après Azincourt et Mers El Kebir, nouveau coup de Trafalgar : les anglaises sont débarquées car elles décident de faire cavalier seul : elles agissaient en fait au Service de sa Majesté, Queen of England, et cherchaient à noyauter notre confrérie.

A propos de noyau, la graine de café comporte différents niveaux de torréfaction : blond (grand, avec une chaussure noire), cannelle (honnie), médium (chiromancienne), robe de moine, brun (d’herbe), brun foncé, français (donc parfait ?) et italien.

La Comtesse Von Ethik découvre alors le texte suivant, au 393 de la Promenade des Anglais :

La Caféine 

Esméralda ma Belle, ton silence infini
Ton absence trop longue du Néant de ma vie
Me font tellement souffrir que mon cœur est meurtri
Que mon corps dépendant te désire…tu t’enfuis

Tu es si loin de moi ! Au Vietnam? Colombie?
Jamaïque ou ailleurs, en tout cas…pas ici
Esméralda ma Reine renies-tu ton ami
Qui pleure de ne pouvoir être un jour ton promis ?

Je me...

Après Azincourt et Mers El Kebir, nouveau coup de Trafalgar : les anglaises sont débarquées car elles décident de faire cavalier seul : elles agissaient en fait au Service de sa Majesté, Queen of England, et cherchaient à noyauter notre confrérie.

A propos de noyau, la graine de café comporte différents niveaux de torréfaction : blond (grand, avec une chaussure noire), cannelle (honnie), médium (chiromancienne), robe de moine, brun (d’herbe), brun foncé, français (donc parfait ?) et italien.

La Comtesse Von Ethik découvre alors le texte suivant, au 393 de la Promenade des Anglais :

La Caféine 

Esméralda ma Belle, ton silence infini
Ton absence trop longue du Néant de ma vie
Me font tellement souffrir que mon cœur est meurtri
Que mon corps dépendant te désire…tu t’enfuis

Tu es si loin de moi ! Au Vietnam? Colombie?
Jamaïque ou ailleurs, en tout cas…pas ici
Esméralda ma Reine renies-tu ton ami
Qui pleure de ne pouvoir être un jour ton promis ?

Je me fais une raison, mon émeraude, mon rubis
Jamais je ne tiendrai dans ma tasse ma Chérie
Ma princesse étincelante, ma seule féerie
Jamais je ne goûterai mon unique Égérie

Car tu vaux mieux que moi et mon impéritie
Un prince te trouvera, il aimera ma Mie
Ta force éblouissante à tous fera envie
Et seul je resterai…Caféine…tu m’oublies 

Le Clan des Sept s’envole pour le Vietnam…

&nbsp Lire la suite : En quête de café : Episode 16

En quête de cafés : Episode 14

Stendhal à l’Amirauté : un commando de quinze suffragettes so british s’empare des commandes de l’appareil, au nez et à la barbe du prophète, et accessoirement, du commandant de bord.

Le XV de la Rose, aka les Political Pink Panthers, aka Septembre Rose chante à tue-tête « independant women », à la plus grande stupéfaction de nos 7 amis.

Un avion dérouté, c’est déroutant susurre la Sœur Soupire. Retour à la case départ : la France !

Nice est for Niepce ! Clament les conjurées qui exigent de goûter des macarons au café en  dégustant un latte macchiato au terme d’une balade sur la promenade des anglais.

Le Père Colateur voit vite le parti qu’il peut tirer de ces 15 Furies : impassible n’est pas français, à l’impassible nul n’est tenu !

Par un coup de suffragette mutique, la Quête est désormais celle de XXII âmes passionnées.

Café  Magique, vas-tu enfin être découvert ?

 Lire la suite : En quête de café : Episode 15...

Stendhal à l’Amirauté : un commando de quinze suffragettes so british s’empare des commandes de l’appareil, au nez et à la barbe du prophète, et accessoirement, du commandant de bord.

Le XV de la Rose, aka les Political Pink Panthers, aka Septembre Rose chante à tue-tête « independant women », à la plus grande stupéfaction de nos 7 amis.

Un avion dérouté, c’est déroutant susurre la Sœur Soupire. Retour à la case départ : la France !

Nice est for Niepce ! Clament les conjurées qui exigent de goûter des macarons au café en  dégustant un latte macchiato au terme d’une balade sur la promenade des anglais.

Le Père Colateur voit vite le parti qu’il peut tirer de ces 15 Furies : impassible n’est pas français, à l’impassible nul n’est tenu !

Par un coup de suffragette mutique, la Quête est désormais celle de XXII âmes passionnées.

Café  Magique, vas-tu enfin être découvert ?

 Lire la suite : En quête de café : Episode 15

En quête de cafés : Episode 13

Dostoïevski, Tolstoï, l’archipel du goulasch, l’âme slave, les forets de bouleaux…le Frère Deux-Cents savoure par avance la découverte du pays des mathématiciens, philosophes, écrivains et… espions les plus célèbres.

Pour une fois, ce n’est pas autour d’un café fumant que nos 7 compagnons sont reçus par Vladimir Pavloff. Ce dernier manie le samovar en expert, leur fait goûter un thé exquis et clame dans un français parfait un texte de sa composition :

Survolerai-je un jour dans un grand Tupolev
Le tableau périodique cher à Mendeleïev?
Me saoulerai-je tantôt&nbsp à grands coups de Smirloff,
Buvant avec gaieté aux chasses du Comte Zaroff?
Serrerai-je dans mes bras Poutine et Medvedev,
En tchékiste déguisé ? (Le Kremlin est mon fief !)
Ce fumeux opposant qu’est Gary Kasparov
Mettra-t-il en échec le Czar des
ruskoffs ?
Parviendrai-je à trouver dans un délai fort bref
Une rime aux accents slaves, qui de Moscou à Kiev
M’aide en alexandrins à terminer ma...

Dostoïevski, Tolstoï, l’archipel du goulasch, l’âme slave, les forets de bouleaux…le Frère Deux-Cents savoure par avance la découverte du pays des mathématiciens, philosophes, écrivains et… espions les plus célèbres.

Pour une fois, ce n’est pas autour d’un café fumant que nos 7 compagnons sont reçus par Vladimir Pavloff. Ce dernier manie le samovar en expert, leur fait goûter un thé exquis et clame dans un français parfait un texte de sa composition :

Survolerai-je un jour dans un grand Tupolev
Le tableau périodique cher à Mendeleïev?
Me saoulerai-je tantôt&nbsp à grands coups de Smirloff,
Buvant avec gaieté aux chasses du Comte Zaroff?
Serrerai-je dans mes bras Poutine et Medvedev,
En tchékiste déguisé ? (Le Kremlin est mon fief !)
Ce fumeux opposant qu’est Gary Kasparov
Mettra-t-il en échec le Czar des
ruskoffs ?
Parviendrai-je à trouver dans un délai fort bref
Une rime aux accents slaves, qui de Moscou à Kiev
M’aide en alexandrins à terminer ma strophe ?
Car ce poème abscons vire à la catastrophe ! -)

Nous nous égarons, n’oublions pas la quête du Café Magique s’exclame la Mère Hitoire&nbsp !

Sœur Soupire abonde dans son sens ainsi que le félidé…Un café dégueulasse (C’est quoi dégueulasse ?) est ingurgité à la va-vite par les Chevaliers qui franchissent la moskova dans un coucou qui a déjà pas mal d’heures de vol…Direction Washington DC.

En quête de cafés : Episode 12

Ah ! La Suisse, l’autre pays du formatage…quatre langues officielles, 26 cantons et des traditions séculaires : là-bas on ne mange pas les pommes, on tire dessus à l’arbalète, mais en restant neutre, s’il vous plaît, Bitte,….

Le contact ( in der Schweiz) des 7 Compagnons est un jeune poète helvétique qui se prend pour la réincarnation de Rilke.

Tout en servant un robusta puissant, à&nbsp réveiller un maure, aux Chevaliers, il leur remet le texte suivant&nbsp : (si jeune et désabusé&nbsp -)

Quelle est ma routine? Lover of the Russian Queen?

Faire des sourires serviles à&nbsp des clients qui couinent?
Evasion ou bien niche? Fiscale me diraient-ils!
La lutte des Clash, d’accord, mais toujours avec style!
No Limit, No Future, No Logo… Pasaran?
L’ascenseur pour les chafouins est de nouveau en panne
Et c’est par l’escalier, lorsque mon heure sonne,
Que j’vais faire mon boulot…alimentaire, mon cher Watson&nbsp !

La puissance du café&nbsp cueilli en Afrique Subtropicale agite les...

Ah ! La Suisse, l’autre pays du formatage…quatre langues officielles, 26 cantons et des traditions séculaires : là-bas on ne mange pas les pommes, on tire dessus à l’arbalète, mais en restant neutre, s’il vous plaît, Bitte,….

Le contact ( in der Schweiz) des 7 Compagnons est un jeune poète helvétique qui se prend pour la réincarnation de Rilke.

Tout en servant un robusta puissant, à&nbsp réveiller un maure, aux Chevaliers, il leur remet le texte suivant&nbsp : (si jeune et désabusé&nbsp -)

Quelle est ma routine? Lover of the Russian Queen?

Faire des sourires serviles à&nbsp des clients qui couinent?
Evasion ou bien niche? Fiscale me diraient-ils!
La lutte des Clash, d’accord, mais toujours avec style!
No Limit, No Future, No Logo… Pasaran?
L’ascenseur pour les chafouins est de nouveau en panne
Et c’est par l’escalier, lorsque mon heure sonne,
Que j’vais faire mon boulot…alimentaire, mon cher Watson&nbsp !

La puissance du café&nbsp cueilli en Afrique Subtropicale agite les méninges de chacun, et le Père Colateur invite ses ami(e)s à&nbsp l’accompagner en Russie…

&nbsp

&nbsp Lire la suite : En quête de café : Episode 13

En quête de cafés : Episode 11

Bogota, Cali… Mérault est l’attaché d’Ambassade qui accueille les Sept Chevaliers du Café Magique en Colombie.

C’est le Frère Deux-Cents qui a eu la main la plus heureuse : il découvre, niché au pied d’une Montagne Magique le dénommé Bolivar de Betancur. Cet homme, descendant d’après ses propres dires de Pizarro le sanguinaire, cultive dans le plus grand secret un café riche, subtil et profond. Les baies de cette saison en sont encore un peu vertes, mais on devine déjà à leur aspect, petit et rond qu’ils constitueront un Grand Cru

Bolivar boit plus que de raison, et raconte à Frère Deux-Cents la malédiction qui frappe sa famille depuis plus de quatre siècles, et la raison pour laquelle il refuse d’avoir des enfants…

Mais c’est l’heure de partir vers la Suisse : parmi les secrets qui y foisonnent figurerait celui du Café Ultime…

Bogota, Cali… Mérault est l’attaché d’Ambassade qui accueille les Sept Chevaliers du Café Magique en Colombie.

C’est le Frère Deux-Cents qui a eu la main la plus heureuse : il découvre, niché au pied d’une Montagne Magique le dénommé Bolivar de Betancur. Cet homme, descendant d’après ses propres dires de Pizarro le sanguinaire, cultive dans le plus grand secret un café riche, subtil et profond. Les baies de cette saison en sont encore un peu vertes, mais on devine déjà à leur aspect, petit et rond qu’ils constitueront un Grand Cru

Bolivar boit plus que de raison, et raconte à Frère Deux-Cents la malédiction qui frappe sa famille depuis plus de quatre siècles, et la raison pour laquelle il refuse d’avoir des enfants…

Mais c’est l’heure de partir vers la Suisse : parmi les secrets qui y foisonnent figurerait celui du Café Ultime…

En quête de cafés : Episode 10

C’est dans la ville de Stefan Zweig que nos Six Compagnons sont reçus en grande pompe par la comtesse Von Ethik, descendante d’une longue lignée d’aristocrates prussiens. Pas de discours du café du commerce en sa présence : de la tenue, de la retenue, et un incroyable Café Viennois servi par un domestique en livrée. Le protocole est parfait et le Père Colateur s’exclame : « Triple buse !» Je veux bien être damné si je ne goûte pas là au meilleur café de ma vie !

Les six compagnons remercient la Comtesse aux pieds nus (on pardonne ce type d’excentricités aux grandes familles) en dégustant le Kapuziner.

La Mère Hitoire déclare à la Comtesse : Ihr Koffee ist wie eine Weltanschaung für Uns !

Mais cette dernière confie, des sanglots dans la voix, que le meilleur café  du monde n’est pas le sien, et confesse à Sœur Soupire qu’elle a toujours rêve de visiter le vaste monde, en commençant par la Colombie

Désormais, la quête du Café Magique est...

C’est dans la ville de Stefan Zweig que nos Six Compagnons sont reçus en grande pompe par la comtesse Von Ethik, descendante d’une longue lignée d’aristocrates prussiens. Pas de discours du café du commerce en sa présence : de la tenue, de la retenue, et un incroyable Café Viennois servi par un domestique en livrée. Le protocole est parfait et le Père Colateur s’exclame : « Triple buse !» Je veux bien être damné si je ne goûte pas là au meilleur café de ma vie !

Les six compagnons remercient la Comtesse aux pieds nus (on pardonne ce type d’excentricités aux grandes familles) en dégustant le Kapuziner.

La Mère Hitoire déclare à la Comtesse : Ihr Koffee ist wie eine Weltanschaung für Uns !

Mais cette dernière confie, des sanglots dans la voix, que le meilleur café  du monde n’est pas le sien, et confesse à Sœur Soupire qu’elle a toujours rêve de visiter le vaste monde, en commençant par la Colombie

Désormais, la quête du Café Magique est incarnée par le Clan des Sept !

 

En quête de cafés : Episode 9

Ledit Kopi Luwak est un des cafés les plus chers au monde (plus de 1000 Dollars le kilo !), et il est très recherché : il est en effet recueilli dans les excréments d’une civette. Attention : nous ne parlons pas du terme français qui signifie « bureau de tabac ». Nos aventuriers cherchent en vain, retournent tout, déjection après déjection, et c’est le chat Moine qui par ses miaulements attire l’attention sur un manuscrit écrit d’une main tremblante.

En voici la copie :

De qui smoke t’on ?
Six cartouches par mois, ce qui fait environ
Mille deux cents cigarettes passant par mes poumons
Ces derniers ne bronchent pas, et telle Cendrillon


Mon haleine s’oublie, patch de non-agression…
Dix espressos par jour gorgés de caféine,
Coups de fouet successifs, chacun son héroïne,
La mienne est fort légale : caoua et nicotine,
Mais est aussi létale qu’une vraie guillotine !


Epée de Damoclès surplombant ma santé,
Mon mariage café-clopes ne saurait divorcer,
Par contentement...

Ledit Kopi Luwak est un des cafés les plus chers au monde (plus de 1000 Dollars le kilo !), et il est très recherché : il est en effet recueilli dans les excréments d’une civette. Attention : nous ne parlons pas du terme français qui signifie « bureau de tabac ». Nos aventuriers cherchent en vain, retournent tout, déjection après déjection, et c’est le chat Moine qui par ses miaulements attire l’attention sur un manuscrit écrit d’une main tremblante.

En voici la copie :

De qui smoke t’on ?
Six cartouches par mois, ce qui fait environ
Mille deux cents cigarettes passant par mes poumons
Ces derniers ne bronchent pas, et telle Cendrillon


Mon haleine s’oublie, patch de non-agression…
Dix espressos par jour gorgés de caféine,
Coups de fouet successifs, chacun son héroïne,
La mienne est fort légale : caoua et nicotine,
Mais est aussi létale qu’une vraie guillotine !


Epée de Damoclès surplombant ma santé,
Mon mariage café-clopes ne saurait divorcer,
Par contentement mutuel, je leur suis trop lié :
Quand on me dit « What Else ? », je réponds « Cendrier 
! »

Un post-scriptum étrange va orienter nos compagnons vers la Vieille Europe :

« Et maintenant que de Vienne, que de Vienne, le café Suprême ».

Episode X