Grums : collecteur de marc à café

Vous aimez le café et vous aimez encore plus le café de votre French Press. L’arôme exquis et la vision des huiles de café expliquent que beaucoup d’amateurs de café dans le monde préfèrent la méthode à piston.

Néanmoins, de nombreux buveurs de café ont mis de côté leurs French Press pour éviter le désordre qui accompagne le nettoyage. Ça prend plus de temps, ça salit l’évier, ça bouche l’écoulement et ça nécessite beaucoup d’eau du robinet ou de papier absorbant pour nettoyer les salissures causées par le marc de café. Grâce à GRUMS, nous vous redonnons le plaisir de la cafetière à piston sans la moindre contrariété !

 

La solution GRUMS, c’est quoi ?

La solution GRUMS, c’est un récipient simplissime qui recueille votre marc de café pour en faciliter l’élimination et garder votre carafe propre. Ce récipient a été mis au point pour se fixer automatiquement au piston lorsque vous le retirez de la carafe pour le vider et le nettoyer.

kaffe-grums

GRUMS...

Vous aimez le café et vous aimez encore plus le café de votre French Press. L’arôme exquis et la vision des huiles de café expliquent que beaucoup d’amateurs de café dans le monde préfèrent la méthode à piston.

Néanmoins, de nombreux buveurs de café ont mis de côté leurs French Press pour éviter le désordre qui accompagne le nettoyage. Ça prend plus de temps, ça salit l’évier, ça bouche l’écoulement et ça nécessite beaucoup d’eau du robinet ou de papier absorbant pour nettoyer les salissures causées par le marc de café. Grâce à GRUMS, nous vous redonnons le plaisir de la cafetière à piston sans la moindre contrariété !

 

La solution GRUMS, c’est quoi ?

La solution GRUMS, c’est un récipient simplissime qui recueille votre marc de café pour en faciliter l’élimination et garder votre carafe propre. Ce récipient a été mis au point pour se fixer automatiquement au piston lorsque vous le retirez de la carafe pour le vider et le nettoyer.

kaffe-grums

GRUMS vous permet d’économiser du temps, des efforts, de l’eau et évite l’obstruction de vos canalisations. Il vous suffit de jeter votre marc de café, conservé par le récipient dédié, dans votre poubelle ou de le conserver pour divers usages utiles (on en reparle un peu plus bas 😊).

Rappelez-vous, lorsque vous veniez de vous préparer une bonne tasse de café avec votre French Press, et que votre carafe était ensuite remplie de marc de café : Le nettoyage devenait un casse-tête chinois… Le marc de café jeté dans l’évier, la carafe rincée à grande eau.. du gaspillage et du désordre !

Avec GRUMS, il vous suffit d’ajouter votre café frais moulu dans le récipient GRUMS, de le placer dans la carafe, de la remplir d’eau et d’appuyer sur le piston.

0de16c41d21263735acd26363fa20f4b_original

 

 

Marquages pratiques à l’intérieur du récipient

Nous vous avons facilité la tâche pour préparer votre café en French Press. Nous avons conçu des marquages à l’intérieur du récipient, afin que vous puissiez facilement le remplir avec la quantité de café que vous souhaitez. Ces marques permettent d’obtenir un résultat plus homogène qu’avec une cuillère à mesurer.

2b85e6eec4e2400f514552a4dbbff3d3_original

La magie opère alors.

Après avoir dégusté votre délicieuse tasse de café, appuyez doucement sur le piston dans la tasse GRUMS et laissez la friction agir pour vous permettre de retirer sans effort le marc – bien tassé et propre à l’intérieur du récipient GRUMS. Après avoir retiré ce récipient, vous pouvez jeter tout le marc à la poubelle ou le mettre de côté pour d’autres usages utiles.

 

 

Avec quelles French Press est-il compatible ?

GRUMS n’est pas conçu pour une marque spécifique de Cafetière à Piston, mais pour un bocal standard d’un litre qui est le plus utilisé.  GRUMS s’intégrera parfaitement dans plus de 95% des cafetières à piston vendues aujourd’hui et au moins toutes les grandes marques. Si vous vous souciez de la compatibilité, prenez les mesures à la maison. La dimension extérieure de GRUMS est de 90 mm, votre carafe devrait donc être un peu plus grande que cela. Nous vous proposons ce modèle Bodum 8 tasses : ici

13165f19602dd83f5f60f0ba8185b75f_original

 

 

Le Nettoyage : simplifiez vous la vie avec GRUMS

Quand viendra le temps de nettoyer votre carafe, GRUMS sera l’accessoire de votre French Press dont vous ne voudrez plus vous passer. Comme le marc reste bien conservé dans le récipient, il y a moins de résidus à nettoyer dans la carafe et dans l’évier. Il vous suffit de jeter le marc dans votre poubelle. Imaginez combien d’eau vous économiserez et combien il sera plus facile de mettre en route une autre cafetière.

C’est vendredi soir et vous organisez un dîner avec tous vos meilleurs amis. Pour être fidèle à vous-même, vous préférez utiliser votre cafetière à piston. Avec GRUMS, vous pouvez nettoyer rapidement la carafe usagée et refaire une nouvelle tournée.

Vous pourrez servir à vos invités un café délicieux et aromatique en peu de temps. 

 

Mais que peut-on faire avec le marc à café ?

30374-10_facons_insolites_de_reutiliser_le_marc_de_cafe

 

Si vous êtes un adepte de la tasse de café noir au petit-déjeuner ou après le repas, vous vous êtes déjà rendu compte de la quantité de marc que l’on peut jeter chaque semaine, chaque mois, chaque année. Du gâchis, quand on sait tout ce que l’on peut faire avec…

1. Un engrais naturel et écologique : Le marc de café peut être utilisé comme engrais ou dans le compost à condition qu’il soit bien sec au moment de l’utilisation. Disposez le marc de café au pied des plantes. Lors des semis, disposez une couche fine et régulière pour aider à la pousse. Le marc de café comme engrais doit être utilisé bien sec, en poudre et avec parcimonie. En ajoutant de la matière organique au sol, vous améliorerez le drainage, la rétention d’eau et l’aération.

2. Répulsif fait maison : Du fait de sa consistance, le marc de café est un excellent répulsif contre les limaces et escargots, tout comme le sable ou la cendre. Disposez donc le marc de café au pied des plantes infestées, elles seront aussi protégées des fourmis et pucerons.

3. Déboucher les tuyaux : En prévention, disposez régulièrement une cuillerée à soupe de marc de café dans vos tuyaux mélangés à un peu d’eau tiède. Le marc de café (en petite quantité) dans les tuyaux empêche la formation de mauvaises odeurs et les dépôts de graisses.

4. Absorber les odeurs alimentaires : Dans le réfrigérateur, les placards ou encore la buanderie : disposez une coupelle contenant du marc de café. Cela devrait absorber les mauvaises odeurs !

5. Vaisselle et cuisine : Dégraissant, nettoyant, désodorisant, le marc de café peut tout à fait remplacer le liquide vaisselle. Utilisez simplement le marc de café sur votre vaisselle pour la nettoyer. Comptez deux poignées pour une vaisselle de 4 personnes.

6. Exfoliant pour le corps : Récupérez du marc de café et appliquez-le sur votre peau sous la douche, en effectuant des gestes circulaires. Vous pouvez aussi l’utiliser pour le visage en mélangeant une cuillère de marc de café, une cuillère d’huile d’amande douce et une cuillère de miel. Appliquez le mélanger et massez doucement pour exfolier.

7. Soin cheveux: Massez votre cuir chevelu avec du marc de café pour les rendre plus brillants. Cette astuce est destinée aux bruns et brunes. N’oubliez pas l’après-shampooing pour éliminer l’odeur et les résidus du café et aussi pour démêler vos cheveux.

 

Mais savez-vous que vous pouvez utiliser votre French Press pour une autre utilisation ?

Et si vous prépariez une carafe de thé et que vous utilisez la solution GRUMS pour vous aider à la nettoyer plus facilement ? Ou encore l’été avec du thé glacé, GRUMS sera remonter les feuilles de menthes !

 

La Solution Grums en faveur de l’environnement : une économie d’eau !

GRUMS est le résultat d’une volonté de ne plus gaspiller l’eau. En moyenne, il faut environ 4 litres pour nettoyer votre carafe et votre évier et même plus si votre canalisation se bouche.

Supposons que nous nous en tenions à un minimum de 2 litres pour nettoyer votre carafe après usage : En tenant compte du nombre de presses françaises vendues jusqu’à présent, et de leur utilisation moyenne (1 à 2 fois par semaine), on arrive à une consommation d’eau étonnante de 104.000.000 mètres cubes par an.

C’est suffisant pour remplir environ 7 millions de camions-citernes. La longueur de tous ces camions réunis équivaut à plus de deux fois la circonférence de la Terre. Rappelons-nous que seulement 1% de l’eau du monde est de l’eau douce, et que cette eau doit être rendue potable avant de sortir de nos robinets.

389163aff781789a9940e39c57356d4f_original

L’énergie nécessaire pour rendre l’eau potable est considérable. En utilisant l’eau pour nettoyer une carafe avec du marc de café, nous gaspillons les précieuses réserves d’eau de la planète. L’utilisation de marc de café permet d’économiser 100 000 tonnes de CO2. C’est l’énergie qu’il faut approximativement pour collecter, pomper, distribuer et à nouveau évacuer toute cette eau.

e17955e070f6ffa5de74b18a9c4449e1_original

Selon l’association danoise de l’eau Danva, il faut environ 1 kg de CO2 pour 1000 litres. Nous utilisons donc non seulement beaucoup d’eau mais aussi 100 000 tonnes de CO2 pour la traiter. Économisons cela aussi !

En bref, l’invention GRUMS vous changera la vie dans bien des domaines, vous pouvez retrouver ce petit ustensile sur notre site web en cliquant juste ici car nous souhaitions trouver une solution pour tous nos fidèles clients😊

 

Produits en relation avec l'article

La simplicité pour réaliser un espresso : Le Robot Cafelat

Un style rétro qu’on adore et des extractions d’espresso étonnantes, le Robot Cafelat tient ses promesses !

Savourer une bonne tasse d’espresso est devenu l’un de nos rituels quotidiens pour nous donner un regain d’énergie, faire un break dans notre travail ou encore pour se remettre les idées en place afin de se concentrer sur quelque chose de nouveau.

Le Robot Cafelat étonnera vos papilles gustatives. Simple d’utilisation, ce procédé manuel original produit un espresso de première qualité, comparable aux meilleurs espressos que vous trouverez dans un coffee shop. Un peu de pratique et de patience pour obtenir le coup de main, et le résultatsaura vous surprendre, c’est très gratifiant et amusant !

PHOTO-2020-11-10-12-59-03

L’esthétique du Robot Cafelat est complétée par un filtre entièrement en acier avec des becs amovibles, un système de panier et de piston astucieusement conçu et un manomètre sur la version Barista qui vous permettra de maîtriser la pression à laquelle vous...

Un style rétro qu’on adore et des extractions d’espresso étonnantes, le Robot Cafelat tient ses promesses !

Savourer une bonne tasse d’espresso est devenu l’un de nos rituels quotidiens pour nous donner un regain d’énergie, faire un break dans notre travail ou encore pour se remettre les idées en place afin de se concentrer sur quelque chose de nouveau.

Le Robot Cafelat étonnera vos papilles gustatives. Simple d’utilisation, ce procédé manuel original produit un espresso de première qualité, comparable aux meilleurs espressos que vous trouverez dans un coffee shop. Un peu de pratique et de patience pour obtenir le coup de main, et le résultatsaura vous surprendre, c’est très gratifiant et amusant !

PHOTO-2020-11-10-12-59-03

L’esthétique du Robot Cafelat est complétée par un filtre entièrement en acier avec des becs amovibles, un système de panier et de piston astucieusement conçu et un manomètre sur la version Barista qui vous permettra de maîtriser la pression à laquelle vous faites couler votre espresso. Grâce aux becs amovibles, vous pouvez facilement diviser votre extraction en  deux tasses.  C’est le robot manuel le plus simple d’utilisation !

Qu’est-ce que Cafelat Robot?

Le Robot est une cafetière manuelle de haute qualité qui produit un vrai expresso. C’est un Robot avec peu de pièces, pas d’électronique compliquée et uniquement des matériaux de première qualité comme l’acier inoxydable, et surtout entièrement sans plastique. Tout ce dont vous avez besoin est du café moulu, de l’eau chaude et vous êtes prêt. L’ensemble du processus est simple et ne prend que quelques minutes, pas besoin de machine à capsules et moins de déchets plastiques. Le robot comprend un panier-filtre professionnel en acier inoxydable de 58 mm ainsi qu’un porte-filtre sans fond, tout comme les machines professionnelles.

Astuces : Le robot offre de parfaits expressos. Vous pouvez le consommer comme un expresso pur, ou bien ajouter de l’eau pour faire un americano et même faire des boissons lactées si vous avez un mousseur à lait.

PHOTO-2020-11-10-16-05-28

 

De quoi ai-je besoin pour faire du café avec le robot Cafelat

En réalité, juste d’un peu d’eau chaude et du café.

–  Café moulu frais provenant d’un moulin à café : Tel qu’un moulin à main ou un moulin électrique. Le café frais doit être utilisé avec le panier-filtre professionnel.

 Le café prémoulu (par exemple Illy) peut être utilisé avec notre panier à double paroi pressurisé.

Comment utiliser le Robot ?

1. Commencez par chauffer votre eau à environ 95 degrés ;

2. Mesurez et moulez environ 18 à 20 grammes de café. Votre mouture doit être adaptée à l’espresso, c’est-à-dire qu’elle doit avoir une texture fine et légèrement grumeleuse ;

3. Nous vous recommandons de préchauffer le filtre à café et le panier pour obtenir les meilleurs résultats, et il suffit généralement de verser un peu d’eau chaude à travers eux avant de préparer l’espresso ;

4. Ajoutez le café dans le panier, puis tassez fermement de façon régulière et uniforme ;

5. Ajoutez l’écran de dispersion sur le dessus du café tassé ;

6. Ajoutez l’eau chaude directement sur l’écran de dispersion. Pour une dose de 18 grammes, nous utilisons environ 60 grammes d’eau pour tenir compte à la fois du rendement souhaité et de l’eau retenue par le palet de café ;

7. Insérez le panier dans le porte-filtre et préparez votre tasse ;

8. Pour insérer le porte-filtre dans le Robot, il faut d’abord lever les bras pour soulever le piston. Insérez le porte-filtre avec la poignée droite, et tournez à gauche ou à droite pour le verrouiller ;

9. Commencez votre extraction en abaissant doucement les bras. Plus vous appliquez de force, plus le manomètre indique une pression élevée ;

10. Une fois votre extraction terminée, remontez les bras de levier et retirez le porte-filtre ;

11. Pour nettoyer, tapoter votre palet, rincez et essuyez le panier et le porte-filtre, et essuyez le piston.Savourez votre délicieux espresso !

Savourez votre délicieux espresso ! 

Et si vous avez besoin d’une petite démonstration on vous la vidéo juste ici  :)

Les caractèristiques de la cafetière à espresso  CAFELAT ROBOT :

  • – Un espresso épais et crémeux – Pour obtenir l’espresso double ou simple idéal, quel que soit votre niveau d’expérience dans la préparation du café.
  • – Seulement deux parties amovibles – Facilite le travail, le nettoyage et le stockage.
  • – Durabilité prolongée – L’acier inoxydable et l’aluminium ne s’usent pratiquement pas et durent des années.
  • – Porte filtre sans fond – Utilisé pour de meilleurs résultats.
  • – Extraction précise sous pression – Gère le débit et l’extraction parfaits, en appuyant sur les bras du robot pour compléter votre tir.
  • – Il est également équipé d’un tampon et de deux becs verseurs pour fractionner vos prises de vue.

Le nettoyage du robot est super facile, en rinçant toutes les pièces sous l’eau.

Si vous êtes un fan de l’Espresso bien réalisé même à la maison, que vous en avez assez d’utiliser des machines qui vous donne un café fade, que vous voulez un robot qui vous durera dans le temps, alors n’hésitez plus et faites le choix du robot Cafelat.

 

Découvrez une caféiculture d’exception au Kenya !

Nous avons sélectionné pour vous le café de la ferme kenyane Maguta Coffee Estate présenté par Coffee Direct. Une plantation de café gérée par des jeunes à Nyeri, au Kenya avec l’envie de produire du café de spécialité de manière durable directement torréfier à la source.

La démarche Training for Earning de Coffee Direct

Coffee Direct est une entreprise de commerce de café responsable qui cherche à augmenter le revenu des caféiculteurs Africains en leur permettant d’augmenter la qualité et valeur ajoutée de leur production.

Formation au milieu des champs

Les fermiers de Coffee Direct s’engagent dans une démarche de formation où ils apprennent à torréfier le café à la ferme et à le goûter de manière professionnelle afin d’améliorer les pratiques agricoles et de transformation impactant la qualité du café et ainsi le vendre au meilleur prix.

Leurs café vert est ensuite torréfié et emballé ce qui permet aux caféiculteurs d’être mis en...

Nous avons sélectionné pour vous le café de la ferme kenyane Maguta Coffee Estate présenté par Coffee Direct. Une plantation de café gérée par des jeunes à Nyeri, au Kenya avec l’envie de produire du café de spécialité de manière durable directement torréfier à la source.

La démarche Training for Earning de Coffee Direct

Coffee Direct est une entreprise de commerce de café responsable qui cherche à augmenter le revenu des caféiculteurs Africains en leur permettant d’augmenter la qualité et valeur ajoutée de leur production.

Formation au milieu des champs

Les fermiers de Coffee Direct s’engagent dans une démarche de formation où ils apprennent à torréfier le café à la ferme et à le goûter de manière professionnelle afin d’améliorer les pratiques agricoles et de transformation impactant la qualité du café et ainsi le vendre au meilleur prix.

Leurs café vert est ensuite torréfié et emballé ce qui permet aux caféiculteurs d’être mis en relation directement avec les clients finaux. Ils peuvent donc défendre leur produit eux-mêmes et de surcroît recevoir leurs retour.

Plus d’informations sur cette démarche ici

Torréfaction du café au charbon à la ferme

David Maguta, un fermier kenyan de la nouvelle génération

David Maguta est un jeune fermier kenyan de 28 ans parmi les premiers à s’être formé à l’augmentation de la valeur ajoutée dans le café. Ce fermier pionnier originaire de Nyeri dans la région du Mt Kenya a fédéré autour de lui un groupe d’une dizaine de fermiers de son village de Muruguru pour leur permettre de vendre leur café au meilleur prix à des importateurs et des torréfacteurs.

Une vidéo de présentation de David ici

David est persuadé de l’avenir du café kenyan et du potentiel de création de valeur par l’amélioration des pratiques agricoles en expérimentant de nouvelles variétés (Batian, variétés indigènes du Kenya), la pratique d’une agriculture bio stricte, l’utilisation d’arbres d’ombrage (Macadamia), l’utilisation du process naturel peu usité au Kenya et la pratique de la fermentation anaérobique. Son dynamisme lui a valu de nombreuses visites de torréfacteurs et d’acheteurs du monde entier. Un article sur sa démarche est consultable ici

David, notre caféiculteur présentant son café

 

Le café, un lavé kenyan

La ferme Maguta Estate est située à Murugu au Sud de Nyeri sur les terres volcaniques du mont Kenyan. L’altitude est de 1800m et la température est modérée ente 10-20° toute l’année. La ferme repose sur 2ha avec 4 000 arbres de variétés Riuru II et Batian. Lisez en plus sur la ferme ici

Vue sur les champs depuis la ferme

 

Ce café a été ramassé à la main et processé à la ferme d’après la méthode kenyan traditionnelle double washed (lavage puis fermentation en cuve) puis séchage sur lit africain. Le café a ensuite été usiné au moulin de Othaya puis torréfié et mise en sachet à la Kenya Co-operative Coffee Exporters à Nairobi avant d’être exporté vers l’Europe.

Café ramassé à la main
Café ramassé à la main

 

Le café est dépulpé à la ferme

Le café est dépulpé à la ferme

 

Les grains de café dans ce paquet sont des grains de taille 15+ qui ont passé plusieurs séries de tri avant d’être torréfié.

On retrouve des arômes de fruits blancs typiques des variétés Riuru II et Batian ainsi qu’une douce acidité typique des terres du mont Kenya.

Ce café vous transportera sur les pentes enneigées du Mont Kenya servent d’arrière plans aux éléphants agités du massif des Aberdare non loin de la ferme.

Vue du Mont Kenya

Vue du Mont Kenya

Découvrez en plus ici et sur www.coffee-direct.fr

 

 

Sur mon-cafe.com un arabica vietnamien issu de plusieurs centaines de producteurs locaux

lost-village-moncafe

Le micro lot que nous avons choisi pour vous provient de plusieurs centaines de petits producteurs d’arabica de la province de Lam Dong au Vietnam.

Le café provenant de cette région profite d’un sol volcanique et montagneux et offre des conditions de développement de la cerise de café optimales.

Les producteurs de cette région cultivent le café depuis plus de 20 ans.  Chaque agriculteur y possède de 1 à 1,5 hectares. Ce micro lot est le résultat d’un programme d’amélioration de la qualité mené par les villageois et visant à éloigner des négociants intermédiaires. Le projet consiste donc à travailler avec différents paysans nommés « chef de groupe du village ». Chaque chef de groupe représente 21 agriculteurs issus de leurs quartiers et leur rôle est d’assurer la liaison avec notre partenaire.

Un micro lot unique et rare cultivé selon un soucis d’exigence élevé

Le café Jade Mountain Lost Village provient d’un secteur où un projet...

lost-village-moncafe

Le micro lot que nous avons choisi pour vous provient de plusieurs centaines de petits producteurs d’arabica de la province de Lam Dong au Vietnam.

Le café provenant de cette région profite d’un sol volcanique et montagneux et offre des conditions de développement de la cerise de café optimales.

Les producteurs de cette région cultivent le café depuis plus de 20 ans.  Chaque agriculteur y possède de 1 à 1,5 hectares. Ce micro lot est le résultat d’un programme d’amélioration de la qualité mené par les villageois et visant à éloigner des négociants intermédiaires. Le projet consiste donc à travailler avec différents paysans nommés « chef de groupe du village ». Chaque chef de groupe représente 21 agriculteurs issus de leurs quartiers et leur rôle est d’assurer la liaison avec notre partenaire.

Un micro lot unique et rare cultivé selon un soucis d’exigence élevé

Le café Jade Mountain Lost Village provient d’un secteur où un projet d’amélioration de la qualité a été mis en place afin de garantir un café en tasse de meilleure qualité.

Chaque jour, durant la saison des récoltes, les membres du personnel sont sur le terrain pour récolter les cerises fraichement cueillies. Chaque lot est ensuite vérifié individuellement avec les agriculteurs.

Leur partenaire a établi des points de collecte pour les cerises au lieu de faire appel à des collecteurs désignés.

Le café est également traité de manière centralisée chez leur partenaire, lieu où est gérée la transformation avec contrôle de qualité et souci du détail.  Chaque jour, la récolte est acheminée par camion de Dung K’No. Les cerises seront déchargées à 90 km du village, dans un réservoir d’eau avant de rejoindre un réservoir de flottaison permettant d’éliminer les cerises vides.

Dernière étape, le café est séché au soleil pendant 4 à 10 jours.

Le café Jade Mountain Lost Village est un lot unique et rare bénéficiant à la fois d’une situation géographique propice à la culture de l’arabica et d’une exigence de qualité.

Découvrez sur mon-cafe.com ce micro lot à l’intensité corsée.

Découvrez l’exceptionnel café Blackburn estate shade de Tanzanie

moncafe.com-coffee-cherry-Blackburn

Un café 100% naturel, entièrement lavé et séché sur des lits africains

C’est en 1971, à l’âge de 19 ans que l’allemand Michael Gehrken tombe amoureux de l’Afrique de l’Est. En 1983, il s’installe définitivement à Blackburn en Tanzanie pour rénover la ferme de ses parents.

Il se lance dans la culture du café à la fin des années 80, lorsque le gouvernement libère le marché du café.

La ferme est dominée par le mont Oldeani et couvre une superficie totale de 455 hectares. Elle se situe le long de la frontière sud du cratère de Ngorongoro, site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et véritable paradis pour la faune et la flore.

Les zones caféières s’étendent entre 1760 mètres d’altitude et 1950 mètres.

Une production de café au cœur de la savane

Elles ne représentent que 16% de la superficie totale du domaine, les 84% restant étant des réserves fauniques, des étendues d’habitats naturels au sein desquelles de nombreuses espèces...

moncafe.com-coffee-cherry-Blackburn

Un café 100% naturel, entièrement lavé et séché sur des lits africains

C’est en 1971, à l’âge de 19 ans que l’allemand Michael Gehrken tombe amoureux de l’Afrique de l’Est. En 1983, il s’installe définitivement à Blackburn en Tanzanie pour rénover la ferme de ses parents.

Il se lance dans la culture du café à la fin des années 80, lorsque le gouvernement libère le marché du café.

La ferme est dominée par le mont Oldeani et couvre une superficie totale de 455 hectares. Elle se situe le long de la frontière sud du cratère de Ngorongoro, site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et véritable paradis pour la faune et la flore.

Les zones caféières s’étendent entre 1760 mètres d’altitude et 1950 mètres.

Une production de café au cœur de la savane

Elles ne représentent que 16% de la superficie totale du domaine, les 84% restant étant des réserves fauniques, des étendues d’habitats naturels au sein desquelles de nombreuses espèces sauvages s’y promènent librement.

De nouvelles zones caféières sont actuellement en train de s’établir et constitueront, au cours des prochaines saisons, des micro-lots très prometteurs.

Des couloirs biologiques ont été mis en place afin de canaliser les animaux de la savane. Placés sur les limites des parcelles de café, ils dissuadent les éléphants d’endommager les plants de café.

Développement durable et économique

La production de café Blackburn estate shade dispose de sa propre installation de broyage humide. L’eau d’une source provenant du mont Oldeani culminant à 3188 mètres alimente deux réservoirs adjacents à l’usine pour la réduction du café. Il est ensuite séché sur des lits africains* (séchage surélevé) puis envoyé à Moshi. L’emballage s’effectue dans des sacs en sisal, les sacs en jute étant interdits en Tanzanie.

Fabriqués à partir de feuilles sinueuses de l’agave, les sacs de sisal sont exempts de l’odeur caractéristique du jute.

Blackburn Estate shade est aujourd’hui un café renommé pour son goût et salué pour son engagement envers une agriculture respectant l’environnement. Mais aussi pour son action sociale, le domaine a notamment bâti à proximité de la ferme un dispensaire et construit, avec l’aide du village, une collecteur d’eau de pluie.

Acheter le Blackburn Estate shade sur le site mon-cafe.com 

Chercheurs d’Or…

… Et Cafés de spécialité.

DSC_6279

Mais c’est quoi en fait, le café de spécialité et qu’est-ce qui le rend si spécial? Et bien, sa variété, sa provenance, le processus utilisé par le cafeiculteur pour transformer la cerise en grain de café et plus tard, la note que va lui donner la catadore (équivalent à l’oenologue pour le vin), un café de spécialité ayant dépassé la note de 80 (récemment le meilleur café du monde a obtenu une note de 92 points).

Depuis le début de mon voyage en Colombie, j’ai beaucoup appris et pu observer différents modes de cultures et de traitement ou processus, utilisés dans les Fincas de ce merveilleux pays et paradis du café.

DSC_6281

C’est prêt de Salento, un très joli village de la région du Quindío où j’étais invitée par Jésus Armando Bedoya, un cafeiculteur et catadore (testeur de café) rencontré sur l’événement de « la Taza de excelencia de Colombia 2017″, que j’ai pu le mieux comprendre et comparer ces méthodes.

Salento et ses maisons aux couleurs vives
Salento et ses...

… Et Cafés de spécialité.

DSC_6279

Mais c’est quoi en fait, le café de spécialité et qu’est-ce qui le rend si spécial? Et bien, sa variété, sa provenance, le processus utilisé par le cafeiculteur pour transformer la cerise en grain de café et plus tard, la note que va lui donner la catadore (équivalent à l’oenologue pour le vin), un café de spécialité ayant dépassé la note de 80 (récemment le meilleur café du monde a obtenu une note de 92 points).

Depuis le début de mon voyage en Colombie, j’ai beaucoup appris et pu observer différents modes de cultures et de traitement ou processus, utilisés dans les Fincas de ce merveilleux pays et paradis du café.

DSC_6281

C’est prêt de Salento, un très joli village de la région du Quindío où j’étais invitée par Jésus Armando Bedoya, un cafeiculteur et catadore (testeur de café) rencontré sur l’événement de « la Taza de excelencia de Colombia 2017″, que j’ai pu le mieux comprendre et comparer ces méthodes.

Salento et ses maisons aux couleurs vives
Salento et ses maisons aux couleurs vives

DSC_6409

DSC_6396

Don Jesús est fils de caféiculteur. Après ses études de droit, il a exercé le métier d’avocat avant de décider, il y a une dizaine d’années, de marcher dans les pas de son père et de poursuivre son oeuvre.

Cette ferme à presque 100 ans
La ferme familiale va bientôt fêter ses 100 ans

En effectuant toutefois un virage à 90%, décidant de changer des habitudes et techniques vieilles de plus de soixante ans, le café de cette ferme de 50 hectares étant géré de manière dite conventionnelle, avec les produits et les conseils de la Fédération de café de Colombie, c’est à dire avec une seule variété, « Castillo », choisie par la Fédération en raison de sa résistance aux deux principales maladies du café, la Rouille et la Broca, traité chimiquement et après récolte préparé en méthode (parfois très) lavée.

Les différentes étapes de maturation d'une cerise de café
Les différentes étapes de maturation d’une cerise de café

 

Conscient qu’il devait faire les choses en douceur, Don Jésus dont le père est âgé aujourd’hui de 83 ans, a commencé par acheter une petite partie des récoltes de la ferme.

DSC_6299

Lavé, semi-lavé, honey et naturel, ici 4 méthodes de transformation du café différentes
Lavé, semi-lavé, honey et naturel, ici 4 méthodes de transformation du café différentes

 

Sélectionnant les cerises les plus mûres, il a travaillé sur les modes de fermentation : naturel (sèché sans avoir été depulpé), semi-lavé (après récolte le café n’est pas immédiatement depulpé et n’est lavé qu’une fois avant séchage), honey (méthode sans lavage après dépulpage). Il a aussi travaillé sur les méthodes de séchage du café à l’ombre, dans différents secadoros à différentes températures…, et a même fabriqué des secadoros hors sol, à l’inverse de ceux traditionnellement utilisés par son papa.

Secadoros hors sol
Secadoros hors sol
Méthode de séchage traditionnel au sol, ce qui peut provoquer un choc thermique et alterer le goût du café
Méthode de séchage traditionnel au sol, ce qui peut provoquer un choc thermique et altérer le goût du café

 

Il a ensuite étudié la torréfaction et la catación, afin de vérifier et améliorer ses méthodes de fabrication, ainsi que toutes les recherches et nouvelles techniques de travail, que j’ai pu observer chez beaucoup de caféiculteurs colombiens de la « nouvelle génération » et dans la filière organique (bio), faisant de ces cafés, des produits  de spécialité.

Jesús devant un café Naturel. Il va remuer les cerises toutes les 3 heures pour obtenir un séchage harmonieux
Jesús devant un café naturel. Il va remuer les cerises toutes les 3 heures pour obtenir un séchage harmonieux, la partie la plus délicate de cette méthode.

 

Aujour’hui, en plus du Castillo familial, il achète de micro-productions de café d’autres variétés – Caturo Rojo et amarillo, Bourbon Rosado, Typica, Geisha – dans diférentes régions du pays, qu’il travaille et torréfie avec son équipe.

DSC_6401

Le café Jesús Martín se trouve au centre de Salento
Le café Jesús Martín se trouve au centre de Salento

 

Il a transformé une partie de sa maison de Salento où il vit avec sa famille, en coffee shop et y vend ses cafés aux très nombreux touristes qui arpentent les rues du village.

Magnifique machine  On peut y torréfier 12 kg de café
Magnifique machine ! On peut y torréfier 12 kg de café
Dommage que vous n'ayez pas la possibilité de sentir les parfums de ces grains...
Dommage que vous n’ayez pas la possibilité de sentir les parfums de ces grains…

 

Grâce à tous ses efforts, il a monté son entreprise de cafés de spécialité « Jesús Martín », Martín étant le prénom de son fils, acheté une magnifique machine pour torréfier ses cafés lui même, ouvert une petite école de Barista, et surtout montré à son père, qu’un autre monde du café était en marche, celui du café de spécialité.

Différentes méthodes de preparation de café à l'entrée de l'école de Barista
Différentes méthodes de preparation de café à l’entrée de l’école de Barista
Des élèves en pleine formation
Des élèves en pleine formation

Au café de la paix

DSC_6277

De retour d’Équateur, ayant choisi de voyager en bus pour profiter du paysage, j’ai traversé la région de Nariño, au sud-ouest de la Colombie, région dont le café est devenu célèbre grâce à une marque de café en capsules.

14 heures de voyage, sans compter les formalités à la frontière et deux bus, le premier, très vieux et très inconfortable, à 4 heures du matin, en pleine montagne de la Cordillère qui vous confirme que oui, vous vivez une sacrée aventure !

Bref, il est 20 heure, je suis arrivée à ma prochaine destination, Popayán, au cœur de la non moins célèbre région du Cauca.

_20170720_184702

Malheureusement, le département du Cauca a plus souvent fait parlé de lui pour ses multinationales de canne à sucre – qui empoisonnent les sols à grands coups de pesticides et empêchent le peuple Nasa de récupérer ses terres ancestrales – sa production de feuilles de coca, ses enlèvements, disparitions et autres tristes actions des FARCS avant le processus de paix… que...

DSC_6277

De retour d’Équateur, ayant choisi de voyager en bus pour profiter du paysage, j’ai traversé la région de Nariño, au sud-ouest de la Colombie, région dont le café est devenu célèbre grâce à une marque de café en capsules.

14 heures de voyage, sans compter les formalités à la frontière et deux bus, le premier, très vieux et très inconfortable, à 4 heures du matin, en pleine montagne de la Cordillère qui vous confirme que oui, vous vivez une sacrée aventure !

Bref, il est 20 heure, je suis arrivée à ma prochaine destination, Popayán, au cœur de la non moins célèbre région du Cauca.

_20170720_184702

Malheureusement, le département du Cauca a plus souvent fait parlé de lui pour ses multinationales de canne à sucre – qui empoisonnent les sols à grands coups de pesticides et empêchent le peuple Nasa de récupérer ses terres ancestrales – sa production de feuilles de coca, ses enlèvements, disparitions et autres tristes actions des FARCS avant le processus de paix… que pour son café.

C’est pourquoi la coopérative Cosurca fut créée il y plus de 10 ans, afin d’aider les agriculteurs à changer de mode de vie, passant de la culture illégale à celles du café, maïs, cacao et autres fruits et légumes. Il est évident que c’est une tâche extrêmement difficile, pour la simple raison que le niveau de vie d’un cultivateur de coca est sans aucune comparaison avec celui d’un agriculteur.

Cosurca fonctionne comme une association d’aide au développement rural et accompagne donc ces cultivateurs, les soutient et commercialise leurs productions dans le pays et à l´exportation. Invitée par la coopérative, j’ai pu visiter leurs locaux, observer la trieuse de café et partager une séance de catation (dégustation) de « micro lotes » de cafés de spécialité, en compagnie du responsable du laboratoire, Alberto. Je pensais visiter quelques fermes comme j’en avais pris l’habitude, mais ce ne fut pas possible.

DSC_6171
Tito Pablo me fait visiter les locaux de Cosurca
DSC_6183
La trieuse à café en pleine action
DSC_6174
Alberto dans le laboratoire de la coopérative
DSC_6178
Alberto a gardé la premier appareil qui lui servait à torréfier les échantillons de café, il y 10 ans

Les Fincas de la coopérative sont situées à trois heures de Popayán, toutes en « zone rouge », toujours dangereuse d’accès (pour les étrangers), et ce malgré le processus de paix mis en place par le gouvernement. Il faut dire que le désarmement des factions armées n’inclut pas les narcotrafiquants, très présents dans certaines zones du pays. Ainsi, n’ayant aucun désir de réitérer l’histoire d’une française détenue dans cette région, j’ai suivi les conseils de mes hôtes et suis allée visiter la ville.

DSC_6196

DSC_6249

Popayán la « Ciudad blanca », tire son nom des murs de chaux blanche qui recouvrent toutes les maisons de la veille ville, centre historique et quartier colonial fondé en 1535.

DSC_6187

Ici, en 1983, en pleine semaine sainte, alors qu’un cortège se préparait pour le défilé, un tremblement de terre fît plusieurs centaines de morts, détruisant le toit de la cathédrale.

Un habitant m’a raconté qu’à cette époque, alors que la ville était remplie de boîtes de nuit et autres lieux de fêtes en tout genre, les gens vécurent ce drame comme une punition divine.

_20170720_184936

Aujourd’hui, il ne reste aucun stigmate de ce terrible drame, mais les lieux de fêtes de Popayan ont été déplacés en périphérie…

DSC_6254

DSC_6255
Cette petite jarre s´appelle « Jebena ». Elle vient d’Afrique et sert à conserver le café après filtration.
DSC_6276
L’équipe du café Oromo

 

En flânant dans ses petites rues, mon odorat m’a conduit jusqu’au coffee shop « Oromo », où j’ai pu déguster de délicieux cafés de différentes régions du pays, préparés en Aeropress et dripper à ma demande.

DSC_6253

DSC_6270

Si vous y passez, vous pourrez également goûter aux méthodes Chemex, expresso ou siphon, toutes préparées par des baristas qui vous feront partager leurs connaissances et leur passion du café.

En conclusion, quand vous buvez une tasse de café de Colombie, vous participez au processus de paix de certaines régions (le gouvernement aidant les anciens FARC, qui le désirent à devenir planteurs de café et cacao) et à la lutte contre les cultures illicites dans d’autres départements du pays. De plus, nul besoin de prendre l’avion, même si je vous encourage à venir, vous pouvez trouver de délicieux cafés de Colombie, chez votre distributeur préféré.

Un p’tit tour et puis s’en va… 

Escapade en Équateur, suite et fin.

DSC_6108

Après avoir visité les nouveaux locaux de l’association « Aroma de café », gérée par Doña Doris et Andrés, son fils aîné, ainsi qu’une ancienne carrière de marbre appartenant à sa famille,  « Habitat Forest » qu’elle a transformé en un joli lieu éco-touristique, où pousse du café de variété Typica, au milieu d’une nature luxuriante, offrant les services de son petit restaurant en bambou et donnant sur une piscine alimentée par l’eau de la rivière qui coule juste à côté, j’ai quitté Ibarra et la famille Andrade et pris un bus en direction du nord.

DSC_6049

DSC_6062

DSC_6055

_20170719_213314

DSC_6066

4  heures plus tard, je suis arrivée à Chical où j’ai rencontré la famille d’Efraim, qui fait partie de l’association avec quelques autres familles de ce très petit village.

Efraim à grandi dans une famille de caféiculteurs qui, comme la majorité des planteurs ici, s’est tournée vers le cacao il y a plus de 20 ans, culture plus facile et souvent plus rentable.

Escapade en Équateur, suite et fin.

DSC_6108

Après avoir visité les nouveaux locaux de l’association « Aroma de café », gérée par Doña Doris et Andrés, son fils aîné, ainsi qu’une ancienne carrière de marbre appartenant à sa famille,  « Habitat Forest » qu’elle a transformé en un joli lieu éco-touristique, où pousse du café de variété Typica, au milieu d’une nature luxuriante, offrant les services de son petit restaurant en bambou et donnant sur une piscine alimentée par l’eau de la rivière qui coule juste à côté, j’ai quitté Ibarra et la famille Andrade et pris un bus en direction du nord.

DSC_6049

DSC_6062

DSC_6055

_20170719_213314

DSC_6066

4  heures plus tard, je suis arrivée à Chical où j’ai rencontré la famille d’Efraim, qui fait partie de l’association avec quelques autres familles de ce très petit village.

Efraim à grandi dans une famille de caféiculteurs qui, comme la majorité des planteurs ici, s’est tournée vers le cacao il y a plus de 20 ans, culture plus facile et souvent plus rentable.

Toutefois, aujourd’hui avec sa belle famille, il repart sur le chemin des anciens. C’est avec son aide que j’ai passé les trois derniers jours de mon escapade à arpenter les collines des alentours, avant de retourner en Colombie.

Voici les 3 fermes de l’association « Aroma de café » où j’ai été chaleureusement accueillie par ces « nouveaux caféiculteurs », tous désireux de me montrer leurs plantations et le travail accompli depuis leur reconversion.

Je commence avec la famille Pascal.

DSC_6118

Tito Pascal (gauche), le petit-fils de Doña Chorcel Nastacuas s’occupe de la plantation avec sa maman, Doña Chora Pascal et son oncle, Don Alfredo Pascal.

DSC_6128

DSC_6127

Comme toujours, toute la famille participe au processus, ici el secadoro, où chaque jour il faut retourner le café « Pergamino » pour lui permettre de sécher harmonieusement, afin d’atteindre idealement, 10.5 à 11 degrés de taux d’humidité par grain.

DSC_6129

Leur ferme, la « Finca Elovando » est posée sur la colline ou « vereda » du même nom, à 1530 mètres d’altitude et leur café est planté environ 150 mètres plus haut, ce qui peut paraître insignifiant vu de chez nous, mais croyez moi, les dénivelés ici son impressionnant.

Cela fait maintenant 7 ans qu’ils ont commencé la culture du café, une variété Castillo qui est arrivée à une très bonne qualité, après dégustation, 85.5 points au concours de la « Taza Dorada » l’année dernière, l’équivalent ici, de la « Taza de Excelencia » dans d’autres pays, au niveau national.

DSC_6130

Après la visite de la ferme, Tito me conduit jusqu’à la plantation. Il fait chaud et la pente est glissante…

DSC_6132

La deuxième ferme s’appelle la « Finca El mirador » et appartient à la Famille Guanga Cantinzus. Ici, beaucoup de familles sont des descendants de la tribu Nasa, qui est passée de la region du Cauca en  Colombie,  en  Equateur, simplement en traversant une rivière, frontière « invisible » non loin du village.

DSC_6139

DSC_6154

El Mirador est à 1220 mètres d’altitude, c’est une ferme de 1500 arbres de café, appelé ici « micro lote »,  pour sa petite production. Sa variété « Catura/Castillo » est sans traitements chimiques, un café organique donc, cultivé avec soins par la Señora Eligna Patricia Cantinzus et son époux Don Raúl Patricia Guanga, ici avec trois de leurs 4 enfants.

DSC_6146

Dans cette région le café pousse toute l’année, il y a deux cueillettes plus importantes que les autres par ans, mais l’humidité et la chaleur, permettent une floraison et une maturation des grains quasi-constante.

DSC_6135

Magnifiques fleurs de café et délicieuses en infusion !

DSC_6158

Et pour finir, ma dernière visite, la ferme du beau frère de mon hôte Efraim Garanza (en jaune sur la photo), la famille Chamba Pascal et leur « Finca El Gualté » ( un platane très résistant qui servait à fabriquer les maisons).

Nous sommes à 1200 mètres d’altitude et depuis maintenant 5 ans, en plus des fruits de « Lulo », fruit rond, orange et orné de petits poils parfois très piquants, que je n’avais encore jamais goûté avant de visiter l’Amérique latine, tout comme las « Tomates de árbol » d’ailleurs (les deux utilisés pour faire de délicieux jus de fruits), des agrumes, du cacao et de la canne à sucre, on y trouve également une variété de café Typica, plantés sur 2 hectares de cette grande ferme.

Le Señor Nelson Lima et son épouse Doña Miriam Chamba, vivent ici avec leurs deux filles, Samantha et Gabriela, aidés par Efraim et une soeur de Miriam, la Señora Leonor.

DSC_6140

Les fameux « Lulo » très cultivés dans cette région.

DSC_6162

Las Tomates de árbol, dont on extrait le jus, très frais et très goûteux.

DSC_6103

Une version antique de l’extracteur de jus  de canne à sucre. Ici c’est un cheval qui fait tourner les engrenages en bois,  broyant les tiges pour en récupérer le jus. Ensuite, on le chauffera pour en faire des bloques de sucre roux, vendus à la livres et appelés « Panela ».

Et bien voilà, une semaine bien remplie.

Adiós l’Équateur, on se retrouve bientôt en Colombie, où m’attendent d’autres visites, de nouvelles expériences, de nouvelles belles rencontres et la promesse d’en apprendre toujours plus sur ce fabuleux monde du café.

À bientôt, pour encore plus d’aventures…

Ailleurs si j’y suis…

Escapade en Équateur et débuts prometteurs…

Devant sortir de Colombie pour une semaine et ayant le désir de me rendre dans le sud du pays, pour rejoindre à mon retour, la région du Cauca, j’ai pris un bus à la frontière et vous propose une petite visite de fermes de café en Équateur.

DSC_6098

Pourquoi l’Equateur, me direz-vous ?

Et bien, pour sa frontière avec ma prochaine destination, certes, mais également poussée par la curiosité et l’opportunité d’observer les prémices de la culture du café dans ce pays, enfin plutôt un retour aux sources, après avoir choisi de se concentrer sur celle du cacao, il y a de nombreuses années.

Après ma sortie du territoire Colombien à Turcan et plus de 5 heures de bus, je suis arrivée à Ibarra, capitale de la région Nord d’Imbabura,  invitée par un ami de Mario Idrovo, le champion Barista National équatorien.

DSC_5957

Mario Andrés Andrade et sa délicieuse famille m’ont accueillie dans leur maison et, après m’avoir expliqué le...

Escapade en Équateur et débuts prometteurs…

Devant sortir de Colombie pour une semaine et ayant le désir de me rendre dans le sud du pays, pour rejoindre à mon retour, la région du Cauca, j’ai pris un bus à la frontière et vous propose une petite visite de fermes de café en Équateur.

DSC_6098

Pourquoi l’Equateur, me direz-vous ?

Et bien, pour sa frontière avec ma prochaine destination, certes, mais également poussée par la curiosité et l’opportunité d’observer les prémices de la culture du café dans ce pays, enfin plutôt un retour aux sources, après avoir choisi de se concentrer sur celle du cacao, il y a de nombreuses années.

Après ma sortie du territoire Colombien à Turcan et plus de 5 heures de bus, je suis arrivée à Ibarra, capitale de la région Nord d’Imbabura,  invitée par un ami de Mario Idrovo, le champion Barista National équatorien.

DSC_5957

Mario Andrés Andrade et sa délicieuse famille m’ont accueillie dans leur maison et, après m’avoir expliqué le fonctionnement de leur très jeune association « Aroma de café », m’ont envoyé visiter quelques fermes en faisant partie.

De ce que j’ai pu en observer, l’équateur est un pays riche en minéraux divers, marbre et or entre autres, mais également en cultures de nombreuses variétés de fruits, légumes et céréales en tout genre souvent vendues à l’exportation. Il serait donc normal d’y voir pousser un excellent café.

Je vous présente donc la famille Arteaga, du village de Cahuasqui, à presque 2 heures de bus d’Ibarra. Cela fait seulement 4 ans qu’ils ont commencé à cultiver le café et de ce que j’ai pu en voir, de manière méticuleuse et suivant un procédé qui devrait donner de très bons résultats.

Doña Charito, Don León et leurs enfants la Señorita Anita et Don Luis
Doña Charito, Don León et leurs enfants la Señorita Anita et Don Luis

 

Leur café pousse à 2 200 mètres d’altitude et tous participent à sa transformation.

DSC_5981

DSC_5977

Après dépulpage et une fermentation de 30 à 36 heures, selon température, le café est lavé soigneusement, puis sèché.
Après dépulpage et une fermentation de 30 à 36 heures, selon la température, le café est lavé soigneusement, puis séché.

DSC_5985

DSC_5969

Après cette visite de Finca, et comme je vous ai parlé d’escapade, je vous emmène également en balade sur le lac de Cotacachi,  un volcan endormi à 3 245 mètres d’altitude à côté du village de Cuicocha où j’ai pu admirer sa place, son église et son couvent et je vous retrouve dans quelques jours au nord du pays, pour d’autres paysages et d’autres visites de Fincas de café, avant mon retour en Colombie…

equateur

_20170715_100013

 

 

Et ça fait des grands slurps…

IMG-20170707-WA0010

Après avoir quitté les magnifiques montagnes de Tolima et leurs fincas de café en fin de semaine dernière, j’ai retrouvé l’effervescence de Bogotá, pour participer en qualité de volontaire, au premier volet de la « Taza de Excelencia 2017 de Colombia ».

Durant deux jours, les « Catadores » nationaux , qui sont au monde du café ce que sont les oenologues à celui du vin, ont participé à un « calibrage », c’est à dire à une compétition de « catación » (dégustation ou cupping) pour constituer un groupe homogène de Jury.

Les catadores sélectionnés participeront ensuite aux présélections des 60 lots de cafés colombiens, ayant obtenu une note de 85 points minimum (note calculée sur une grille de critères composant : fragrances, goût, texture et residus en bouche, mise en place par la SCA, fédération mondiale du café) présentés lors de la compétition.

DSC_5824

Celle-ci aura lieu en Septembre à Ibagué, capitale de Tolima, région 2 fois gagnante par le passé.

En...

IMG-20170707-WA0010

Après avoir quitté les magnifiques montagnes de Tolima et leurs fincas de café en fin de semaine dernière, j’ai retrouvé l’effervescence de Bogotá, pour participer en qualité de volontaire, au premier volet de la « Taza de Excelencia 2017 de Colombia ».

Durant deux jours, les « Catadores » nationaux , qui sont au monde du café ce que sont les oenologues à celui du vin, ont participé à un « calibrage », c’est à dire à une compétition de « catación » (dégustation ou cupping) pour constituer un groupe homogène de Jury.

Les catadores sélectionnés participeront ensuite aux présélections des 60 lots de cafés colombiens, ayant obtenu une note de 85 points minimum (note calculée sur une grille de critères composant : fragrances, goût, texture et residus en bouche, mise en place par la SCA, fédération mondiale du café) présentés lors de la compétition.

DSC_5824

Celle-ci aura lieu en Septembre à Ibagué, capitale de Tolima, région 2 fois gagnante par le passé.

En 2006, avec le café de la Finca La isla à Gaitánia, appartenant à la Señora Edith Encizo Yasso, que j’ai eu le plaisir de rencontrer et qui va concourir à nouveau cette année.

DSC_5452
Edith Enciso Yasso, grande gagnante en 2006 et nominée 7 fois par la suite, pour la grande qualité de son café.

Puis en 2015, avec le café de la Finca Buenavista, située elle aussi á Gaitánia et également gérée par une femme, la Señora Astrid Médina Pereira.

La Cup of Excellence, est un peu la « Miss monde » du café, les caféiculteurs ayant la possibilité d’y présenter leurs meilleurs productions au niveau national et international, impliquant pour les mieux notés, comme pour les gagnants, un tarif de vente des lots primés supérieur au prix du marché, et ainsi un maintien voir une amélioration de la qualité des productions à venir et de leur confort de vie à la finca.

La famille Enciso Yasso devant la Finca La Isla
La famille Enciso Yasso devant la Finca La Isla

Toute la compétition sera supervisée par Rony Gamez, le président du jury, citoyen du Honduras, autre pays reconnu pour son excellent café.

Rony Gamez ( chemise rose) au centre, prodigue les dernières recommandations aux candidats "catadores"
Rony Gamez (chemise rose au centre) prodigue les dernières recommandations aux candidats du futur Jury national catadores de la Taza de Excelencia de Colombia 2017

Une fois le jury national choisi et la présélection des 60 lots effectuée début Septembre , la compétition se déroulera en deux temps.

Les prix Nationaux, avec des cafés ayant obtenu des notes de 86 points et plus, puis Internationaux, avec en plus du jury national, la participation de catadores et torréfacteurs reconnus sur la scène mondiale du café.

Il faudra néanmoins attendre le 1er novembre pour connaître le grand gagnant, un café qui aura obtenu une note de 90 points et plus, pour mériter le prix de la « Tasse d’Excellence de Colombie 2017″.

Et ça consiste en quoi le volontariat sur un tel événement?

Et bien à « monter » les tables.

C’est à dire, moudre chaque lot de café, le mettre en tasses  (entre 11 et 12 grammes selon le niveau de compétition), attendre que le jury en ai « reniflé » le contenu de chacune d’elle pour en noter les fragrances, remplir ensuite les tasses d’eau à une température exacte de 94 degrés, attendre à nouveau que, 4 minutes après le remplissage de la première tasse, ils rompent la croute qui s’est formée sur leur dessus, veiller à ce que les verres d’eaux bouillantes placés au centre de chaque table restent propres, afin que les membres du jury puissent y laver leur cuillère entre chaque dégustation de tasse puis, le processus terminé et les notes attribuées, démonter les tables et recommencer…

Pour cette présélection nous avions des verres pour la catación des cafés, 200 pour être exact.
Pour cette présélection nous avions des verres pour la « catación » des cafés, 200 pour être exact.
Bogotá étant à 2400 mètres au dessus du niveau de la mer, c'est un paramètre à prendre en considération pour faire bouillir l'eau...
Bogotá étant à 2400 mètres au dessus du niveau de la mer, c’est un paramètre à prendre en considération pour faire bouillir l’eau…
IMG-20170705-WA0026
Première étape, les fragrances
les échantillons sont testés chauds, tièdes puis froids , avec une cuillère spéciale, á grand coup d'aspiration, puis aprés quelques secondes en bouche, recrachés.  Ici, dernier tour de table avant le calcul des notes finales
Les échantillons sont testés chauds, tièdes puis froids, avec une cuillère spéciale, à grands coups d’aspiration, puis après quelques secondes en bouche, recrachés. Ici, dernier tour de table avant le calcul des notes finales

Un rôle qui peut paraître ingrat, mais qui a une importance fondamentale.

Une tasse mal lavée contaminant un café, ou mal placée sur la table (chaque café étant numéroté pour garantir les tests à l’aveugle et l’impartialité du jury) et le concours sera totalement faussé.

Nous étions 8 volontaires pour ces deux premiers jours de mise en place de la compétition, tous colombiens, ou presque…

ä gauche, Angie et Jhon, que je remercie pour m avoir inscrit sur la liste des volontaires...
De gauche à droite, Jhon et Angie, que je remercie de m’avoir inscrit sur la liste des volontaires, votre narratrice, Tatiana, Benedicto, José derrière Jasmin, Yina, Brandon, David et Felipe, une fine équipe !