Ailleurs si j’y suis…

Escapade en Équateur et débuts prometteurs…

Devant sortir de Colombie pour une semaine et ayant le désir de me rendre dans le sud du pays, pour rejoindre à mon retour, la région du Cauca, j’ai pris un bus à la frontière et vous propose une petite visite de fermes de café en Équateur.

DSC_6098

Pourquoi l’Equateur, me direz-vous ?

Et bien, pour sa frontière avec ma prochaine destination, certes, mais également poussée par la curiosité et l’opportunité d’observer les prémices de la culture du café dans ce pays, enfin plutôt un retour aux sources, après avoir choisi de se concentrer sur celle du cacao, il y a de nombreuses années.

Après ma sortie du territoire Colombien à Turcan et plus de 5 heures de bus, je suis arrivée à Ibarra, capitale de la région Nord d’Imbabura,  invitée par un ami de Mario Idrovo, le champion Barista National équatorien.

DSC_5957

Mario Andrés Andrade et sa délicieuse famille m’ont accueillie dans leur maison et, après m’avoir expliqué le fonctionnement de leur très jeune association « Aroma de café », m’ont envoyé visiter quelques fermes en faisant partie.

De ce que j’ai pu en observer, l’équateur est un pays riche en minéraux divers, marbre et or entre autres, mais également en cultures de nombreuses variétés de fruits, légumes et céréales en tout genre souvent vendues à l’exportation. Il serait donc normal d’y voir pousser un excellent café.

Je vous présente donc la famille Arteaga, du village de Cahuasqui, à presque 2 heures de bus d’Ibarra. Cela fait seulement 4 ans qu’ils ont commencé à cultiver le café et de ce que j’ai pu en voir, de manière méticuleuse et suivant un procédé qui devrait donner de très bons résultats.

Doña Charito, Don León et leurs enfants la Señorita Anita et Don Luis
Doña Charito, Don León et leurs enfants la Señorita Anita et Don Luis

 

Leur café pousse à 2 200 mètres d’altitude et tous participent à sa transformation.

DSC_5981

DSC_5977

Après dépulpage et une fermentation de 30 à 36 heures, selon température, le café est lavé soigneusement, puis sèché.
Après dépulpage et une fermentation de 30 à 36 heures, selon la température, le café est lavé soigneusement, puis séché.

DSC_5985

DSC_5969

Après cette visite de Finca, et comme je vous ai parlé d’escapade, je vous emmène également en balade sur le lac de Cotacachi,  un volcan endormi à 3 245 mètres d’altitude à côté du village de Cuicocha où j’ai pu admirer sa place, son église et son couvent et je vous retrouve dans quelques jours au nord du pays, pour d’autres paysages et d’autres visites de Fincas de café, avant mon retour en Colombie…

equateur

_20170715_100013